Le Massif de la Sainte-Baume

A cheval sur les départements du Var et des Bouches-du-Rhône, le massif de la Sainte-Baume s’étire sur près de 35 km.

Sainte-Baume
Le massif aux falaises abruptes orientées nord et descendant en pentes douces vers le Sud culmine au Signal des Béguines à 1 148 mètres. La hêtraie relictuelle sur sa face nord, contrastant avec la garrigue sur les crêtes, en fait un site exceptionnel justifiant son classement en Natura 2000. Le Massif de la Sainte-Baume abrite ainsi des espèces typiquement méditerranéennes comme l’Aigle de Bonelli (Aquilla fasciata), mais aussi des espèces forestières comme le Pic noir (Dryocopus martius).  Les pelouses présentent en certains endroits sur les crêtes, est l’un des principaux sites varois accueillant des Pluviers guignards lors de leur migration post-nuptiale à la fin de l’été.

Site Internet : Fiche natura 2000

Février. La forêt est silencieuse. Nous n’entendons que le crissement de la neige sous nos pas qui nous conduisent le long du sentier des Roy jusqu’à la grotte Sainte Marie-Madeleine, haut lieu de pèlerinage au Moyen-Age. Sur la terrasse du lieu saint, les Accenteurs alpins sont nombreux à sautiller, attendant les miettes abandonnées par les promeneurs. Dans les falaises, il n’est pas rare d’apercevoir le discret tichodrome, papillonnant d’une cavité à l’autre. Mais le soir arrive vite sur la face nord de la Sainte-Baume. Ce n’est qu’à cette heure, entre chien et loup, que le Grand-duc sort de sa cachette diurne. Le froid est vif, ce qui n’empêche pas le Prince de la nuit d’entamer son chant nuptial, houhô … houhô … pendant une dizaine de minutes, avant de s’envoler tout en silence.

Accenteur alpinSainte-Baume

Mars. La forêt semble sortir de sa torpeur et tous semblent réveillés par le cri moqueur du Pic vert. Plus loin, c’est un Pic noir qui tambourine sur le tronc d’un hêtre centenaire. Les Pinsons des arbres commencent à chanter, accompagnés par les cris des sitelles. Tous attendent le printemps avec impatience.

Pic noirIdées de balade

Le départ des deux balades se fait depuis le parking au carrefour Les Trois chênes entre la D80 et la D95. Le large chemin des Roy monte progressivement à travers la forêt. Les chênes cèdent peu à peu la place aux hêtres centenaires, témoins d’autres âges. Au premier oratoire, il est possible de prendre le sentier vers la droite pour visiter la grotte Sainte Marie-Madelaine.

Sainte Marie Madeleine
Revenez ensuite sur vos pas pour suivre le GR9 permettant d’accéder aux crêtes. Deux itinéraires sont alors possibles, soit à gauche vers le signal des Béguines, soit à droite vers les Bouches-du-Rhône et le Pic de Bertagne.

Sainte-Baume

* Les crêtes pas le signal des Béguines et retour par le Sentier merveilleux.

Sainte-Baume
Le GR9 longe les crêtes en direction de l’Est, surplombant les falaises où l’on aperçoit parfois un chamois. Nous marchons à travers la garrigue et les pelouses, fréquentées en hiver par le Merle à plastron, remplacé au printemps par le Merle de roche. A la fin de l’été, c’est au tour du Pluvier guignard, arrivant des contrées nordiques, d’exploiter les ressources du site. On entend alors son cri discret et nostalgique : l’automne est bientôt là. Au Pas de Villecroze, nous quittons le GR et suivons le petit chemin qui descend le long du Bau St-Cassien pour rejoindre le sentier merveilleux. Nous revoilà plongés dans la forêt tandis qu’au loin un Pic noir pousse son cri caractéristique. Il suffit de suivre ce sentier serpentant au pied des falaises pour rejoindre le parking.

Sainte-Baume

* Les crêtes par le Pas de la Cabre et retour par la Grotte aux œufs

Sainte Baume
Arrivés sur la crête, il suffit cette fois le sentier vers la droite en direction des Bouches-du-Rhône. On ne tarde pas à arriver St Pilon, surplombant la grotte Sainte Marie Madeleine. Au Nord, se dresse la Sainte-Victoire, et encore plus loin, le Mont Ventoux dont on discerne le sommet encore saupoudré de neige. A nos pieds, s’étend la vaste hêtraie d’où monte parfois le cri d’un pic. Il suffit alors de tourner la tête pour apercevoir la mer scintillante sous le soleil. Nous continuons le sentier, toujours vers l’Est, au milieu de la garrigue. Mais bientôt les cris des oiseaux sont effacés par le mugissement de centaines de motos : c’est le jour du pèlerinage où les reliques sont transportées en moto tout autour du massif et ce jusqu’à l’Hôtellerie. Nous finissons par arriver au pied d’antennes et à une route goudronnée que nous suivons avant de bifurquer à droite en suivant le sentier balisé en vert à travers le vallon de Betton qui nous conduit au pied des falaises à travers la forêt et les pins sylvestres. Le retour au parking se fait soit par la grotte aux œufs (version qui permet de prolonger la balade dans la hêtraie et donc d’observer les pics et autres espèces forestières) ou par l’Hôtellerie (moins de dénivelé).

Saint PilonSainte-BaumeSainte-Baume

Pour en savoir plus sur la nature de la Sainte-Baume, vous pouvez consulter le site Sainte-Baume.fr.

Petits articles sur la Sainte-Baume :

  1. La hêtraie sacrée
  2. Accenteur alpin

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×