13 août : Le Dovrefjell

Dimanche 12 août : Retour au Dovrefjell

Nous nous réveillons de bonne heure pour continuer notre route vers le sud. Nous reprenons la même route qu’à l’aller pour rejoindre Hjerkinn. Nous profitons de tout ce trajet pour faire quelques observations le long de la route.

Route : Chevalier guignette (1), Pinson des arbres (6), Pigeon ramier (5), Pie bavarde (5), Garrot à œil d’or (11), écureuil (1).
Trondelag : Pouillot fitis (4), Garrot à œil d’or (12), Bergeronnette printanière (5), Grue cendrée (26), Bergeronnette grise (3), Tarier des prés (>10), Tarin des aulnes (7), Pipit des arbres (4), Bruant jaune (1), Pic épeiche (1), Grive musicienne (1), Grosbec casse-noyaux (1), Bruant des roseaux (5), Grive mauvis (11), Hirondelle rustique (5), Bernache du Canada (21), Corneille mantelée (2), Grive litorne (1), Fuligule morillon (69), colvert (7), Grèbe esclavon (27), Autour des palombes (1Mjuv), Plongeon catmarin (1), chevreuil (1F+3J).
Steinkjer : Grand corbeau (3), Corneille mantelée (1), Choucas des tours (10), Etourneau sansonnet (2), huîtrier (1).
Stjordal : huîtrier (>20).

Nous faisons notre pause repas au bord d’un fjord à Steinvikholmen, en face du fort. Le soleil est au RDV et la température idéale. Nous profitons de notre dernier arrêt en bord de mer !
Steinvikholmen : Moineau domestque (>10), Bruant jaune (3), Gobemouche gris (8), Pouillot fitis (3), Mésange chrabonnière (1), Goéland marin (2), Goéland argenté (1), Huîtrier pie (5), Corneille mantelée (2), Grand corbeau (2), Hirondelle rustique (1), Bec-croisé des sapins (1), Bergeronnette printanière (4), Etourneau sansonnet (>150), Chevalier guignette (1).

Nous continuons notre route vers le Sud. C’est notre plus chaude journée et la température avoisine les 24°. Nous finissons par arriver à Hjerkinn en fin de journée.
Nous nous rendons dans la petite réserve naturelle sur la route de Folldal (E29). D’après les panneaux d’information à l’entrée de la réserve, la forêt boréale abrite la Mésange lapone, mais nous n’en contactons pas. En revanche, la Mésange boréale est bien présente et se manifeste par ses petits cris.

Espèces observées dans la forêt de Hjerkinn : Grive litorne (3), Grive mauvis (1), Merle noir (1), Pouillot fitis, Autour des palombes (1), Mésange boréale (6), Pipit farlouse (2), Rougegorge familier (2), Gobemouche gris (4), Goéland cendré (2), Héron cendré (1), Chevalier gambette (1).

La météo est très favorable et nous passons la nuit en espérant qu’il en sera de même pour le lendemain … l’objectif : le bœuf musqué.

Lundi 13 août : le Dovrefjell

Nous nous levons à 4h30, la température extérieure est de 4°. Il semble faire beau mais de grandes nappes de brume recouvrent le paysage. Nous espérons que, de bon matin, les oiseaux seront plus actifs dans la forêt que la veille. La navette pour le Snohetta ne quitte Hjerkinn qu’à 8h.

Forêt d'Hjerkinn
Nous parcourons à nouveau le petit sentier qui traverse la réserve. La brume se lève petit à petit mais les oiseaux ne semblent s’activer qu’avec les premiers rayons du soleil. Nous surprenons un chevreuil au détour du sentier tandis que les mésanges commencent à s’animer. La forêt s’éveille de sa torpeur. Un mâle de Bruant lapon, en plumage de transition, fait sécher ses plumes, encore humides de la nuit, avant de prendre son envol. Non loin, un jeune  rougegorge, peu farouche, se balade dans la végétation basse. Le temps passe vite et nous retournons au parking. Ici aussi les oiseaux, encore endormis lors de notre départ, semblent s’être éveillés. Gorgebleues, bruants des roseaux, pinsons du nord … sautillent de branche en branche ou de buisson en buisson. Nous reviendrons le lendemain matin pour mieux prendre le temps, mais l’appel des hauts plateaux se fait sentir et nous partons à Hjerkinn.

Bruant laponRougegorge familierMésange boréale
Espèces observées dans la forêt de Hjerkinn : Bruant des roseaux (1), Bruant lapon (1M), Grive litorne, Gobemouche gris, (1), Rougegorge familier (2), Mésange charbonnière (1), Mésange charbonnière (>10), Pipit farlouse, Pipit des arbres (1), Pinson du Nord (2), Gorgebleue à miroir (1), Grand corbeau (1), Grue cendrée ( ?), Pie bavarde (2), pic sp, Pouillot fitis, Tarin des aulnes (1), Sizerin flammé (2), Rougequeue à front blanc (2).

Quand nous arrivons au parking du village, enfin c’est vite dit, du lieu-dit, enfin bref, au parking entre les deux bâtiments (un hôtel et la maison du renne) de Hjerkinn, de nombreux randonneurs attendent déjà la navette.

Espèces à Hjerkinn : Martinet noir (2), Sizerin flammé (4), Grive musicienne (1), Verdier d’Europe (3)

Le bus finit par arriver et tous se précipitent pour y grimper. Les places assises sont bien entendu prises d’assaut, et nous voilà debout, esquichés comme des sardines, le voyage de 15 km jusqu’au refuge promet d’être assez drôle ! Nous qui pensions faire nos premières obs depuis le car, tranquillement assis … Il n’en sera rien, pas l’ombre d’un bœuf jusqu’au refuge ! et les étendues que nous traversons sont immenses ! La tâche s’annonce plutôt difficile !
Contents de descendre du bus, nous contemplons le paysage de lacs et de montagnes. Deux grands gravelots parcourent les berges du lac juste devant le refuge. Tandis que tous les randonneurs prennent la direction des sommets, nous faisons demi-tour, en direction de là où nous venons, en coupant à travers la toundra dans la zone où semblent être faites la majorité des observations de Bœuf musqué.
Le SnohettaRefuge de SnohettaParc du DovrefjellParc du Dovrefjell
Nous nous retrouvons alors vite seuls, au milieu d’étendues sauvages, où alternent lichens, névés, lacs, tourbières et saules rampants. L’ambiance est assez similaire au parc de Hardangervidda : la saison de reproduction est maintenant bien terminée et les oiseaux plutôt rares, pas une seule harelde, ni phalarope. Quelques passereaux ponctuent notre avancée, comme un jeune Bruant des neiges ou quelques motteux. Mais le paysage reste silencieux. Perchés depuis les crêtes nous inspectons les alentours aux jumelles quand des formes sombres sont repérées dans des névés au loin. Il s’agit bien d’un groupe de bœufs, probablement 3 adultes et leurs jeunes au nombre de 3. Mais il nous faut au moins deux heures de marche pour les rejoindre ! En avant ! Nous prenons la direction du petit groupe assez loin sur les hauteurs. Par chance, nous ne tardons pas à apercevoir un nouvel individu, plus proche, également étendu dans la neige. C’est vrai qu’il fait beau et bon maintenant ! Trop chaud pour un Bœuf musqué ! Nous nous en approchons un peu plus et faisons la pause de midi sur la pente d’en face. Une rivière nous sépare. Le Bœuf ne bouge pas et nous en profitons pour inspecter aux jumelles les environs. La ramure d’un renne se dessine à l’horizon, jolie observation, certes un peu lointaine, mais nous en profitons avec joie. Le bœuf finit par se lever. Nous choisissons d’en faire autant et tentons de le rejoindre. Assez farouche, l’animal s’éloigne. Le temps de descendre la pente, de traverser la rivière à pieds et de remonter … le bœuf est passé de l’autre côté de la bute et a disparu. Nous ne le retrouvons pas ! Comment perdre un animal de cette taille ! Après l’avoir cherché, nous reprenons le chemin vers le premier groupe observé. Mais une fois arrivés sur la plaque de neige, il n’y a plus personne …

Boeuf musquéBruant des neiges

L’heure avance et nous sommes encore bien loin de notre point d’arrivée. Nous reprenons notre route à travers ces étendues désolées et traversons les zones militaires. Un dernier bœuf est aperçu mais il est encore très loin et ce détour nous rallongerait bien trop. Nous rejoignons la piste initiale parcourue seulement par les engins de travaux à pilotage automatique. Nous finissons tout de même par croiser une voiture. Le conducteur s’arrête à notre niveau et parvient par se faire comprendre : pour résumer, nous n’avons rien à faire là, il s’agit d’un terrain militaire interdit au public, nous devoir monter dans véhicule et retour case départ. Vraiment ! Un terrain militaire ? C’était donc ça les bunkers ? Effectivement ça rappelait un peu Canjuers. Nous voilà donc dans le véhicule du vigile et nous arrivons en quelques minutes à l’entrée de la piste. Cela nous aura épargné quelques kms à pieds ! C’est ainsi que s’achève notre périple dans le Dovrefjell, bien contents d’avoir pu croiser la route de ces animaux aux allures préhistoriques !
Dovre
Espèces dans le Dovrefjell : Traquet motteux, Pipit farlouse, Grue cendrée (2), Pluvier doré (2), Gorgebleue à miroir (>4), Grand corbeau (3), Bruant des roseaux (1), Bruant des neiges (1j), Pouillot fitis (2), Grand Gravelot (2), au total 8 Bœufs musqués et un renne.

Nous reprenons la route en direction de Foldall et nous passerons la nuit près d’une rivière, goûtant à un repos bien mérité.

Espèces sur la route de Foldall : Mésange boréale, Tarin des aulnes (7), Grue cendré (6), Grive litorne, un chevreuil.

Retour / Suivant

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site